AfroPlanete
ACTUALITE ECONOMIE

Gambie – L’ex président Yahya Jammeh a volé au moins 362 millions de dollars

L’ancien président gambien, Yahya Jammeh, a volé au moins 362 millions de dollars au cours de ses 22 années de gouvernement, a annoncé le ministre de la Justice du pays ouest-africain à l’issue d’une enquête de près de deux ans.

Jammeh, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État de 1994, a fui la Gambie en 2017 pour s’exiler en Guinée équatoriale alors qu’une force régionale africaine s’approchait de la capitale Banjul pour lui imposer le départ après qu’il a refusé de reconnaître sa défaite à la présidentielle au profit du  président Adama Barrow. Vendredi, devant les journalistes, le ministre de la Justice, Abubacarr Tambadou, a présenté un résumé du rapport établi par une commission d’enquête. Le rapport, qui n’a pas encore été rendu public, était basé sur des entretiens avec 253 témoins.

« Il s’agit d’une somme d’argent énorme qui aurait pu avoir un impact significatif sur la vie des gens ordinaires de ce pays », a déclaré Tambadou. « Au lieu de cela, c’était de l’argent utilisé pour satisfaire le style de vie prétentieux et délirant d’un mégalomane égotiste, des actes à la fois déraisonnables et criminels », ajoute-t-il.

Jammeh n’a pas commenté les accusations depuis sa base en Guinée équatoriale, mais ses partisans en Gambie ont qualifié les enquêtes le concernant comme une chasse aux sorcières. L’enquête a établi que Jammeh avait revendiqué des titres sur 281 propriétés foncières du pays, ainsi que des avoirs à l’étranger, y compris une résidence  aux États-Unis, d’après Tambadou. Il a également constaté que les actifs de l’ancien dirigeant dans son village natal de Kanilai valaient 28,2 millions de dollars.

Les nouvelles autorités gambiennes pensent que Jammeh a emporté avec lui nombre de ses voitures et objets de valeur, après une période de règne caractérisée par des exécutions extrajudiciaires, des actes de torture et des disparitions forcées, ainsi que par le vol de biens de l’État. Ils avaient précédemment déclaré que de l’argent avait été volé en créant de faux comptes à la banque centrale et en récupérant de l’argent provenant de l’agence nationale des télécommunications et d’autres institutions de l’État.

« Un tissu de fraude qui dépasse de loin le chiffre proposé »

Le ministre Tambadou a déclaré que le nouveau gouvernement travaillait pour récupérer l’argent volé.  Barrow, le nouveau président, a promis de « rester ferme » dans la mise en œuvre des recommandations du rapport « sans crainte ni favoritisme ». Un rapport publié plus tôt cette semaine par le Projet de signalement des enquêtes sur le crime organisé et la corruption (OCCRP), a déclaré que Jammeh et ses collaborateurs avaient « pillé ou détourné » au moins 975 millions de dollars.  Le projet indique que les relevés bancaires, les contrats, la correspondance gouvernementale et les rapports internes montrent « un tissu de fraude qui dépasse de loin le chiffre proposé » par les autorités gambiennes.

L’argent qui n’a pas été acheminé vers des comptes bancaires contrôlés par le président est allé à des entreprises qui ont reçu des contrats lucratifs de la part de l’ancien dirigeant, a déclaré le groupe d’enquête. Il s’en est tiré parce que la Gambie est petite, avec une population d’environ deux millions d’habitants et est restée relativement obscure, a déclaré le groupe. La Gambie, quant à elle, fait face à un fardeau de la dette atteignant 130% du produit intérieur brut l’année dernière, ce qui a conduit le  FMI  à avertir le pays de tout nouvel emprunt.

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies