AfroPlanete
INTERNATIONALE

France – la justice enfonce de plus en plus Nicolas Sarkozy

Une nouvelle décision de justice complique singulièrement les affaires de l’ancien président français. Le recours de celui est considéré par nombre d’observateurs comme le bourreau du feu frère guide libyen Mouammar Kadhafi contre son renvoi au tribunal correctionnel dans l’affaire de « corruption » et de « trafic d’influence » a été jugé « Irrecevable » par la cour d’appel de Paris ce lundi.

La cour d’appel de Paris a rejeté ce lundi 25 mars le recours de Nicolas Sarkozy contre la décision des juges de le renvoyer devant le tribunal correctionnel dans l’affaire de « corruption » et de « trafic d’influence » à la Cour de cassation, a fait savoir lundi l’AFP en se référant à une source judiciaire.

Les magistrats ont jugé «irrecevable» l’appel de l’ancien Président français contre l’ordonnance des juges d’instruction du 26 mars 2018. Ils ont également refusé de transmettre au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soulevée par sa défense pour contester un texte de loi qui a permis cette décision de renvoi.

Jacqueline Laffont, avocate de M. Sarkozy, a annoncé à l’AFP qu’elle formerait un pourvoi en cassation. Pour la défense de l’ancien chef de l’État, la décision rendue lundi ne constitue qu’une « étape ».

Dans le cadre de cette affaire, Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir cherché en 2014 à obtenir de Gilbert Azibert, ancien avocat général à la Cour de cassation, des informations confidentielles sur l’affaire Bettencourt en échange d’un coup de pouce pour qu’il décroche un poste à Monaco. Poste que ce dernier n’aura finalement pas eu.

Selon une source médiatique française, Au dernier moment, Nicolas Sarkozy avait renoncé à ces démarches. Ladite source explique ce revirement, en s’appuyant sur des éléments d’enquête, par le fait que Me Herzog et Nicolas Sarkozy avaient compris que leurs téléphones non officiels, dont celui ouvert par l’ex-chef de l’État sous le fameux nom d’emprunt de Paul Bismuth, étaient surveillés. Car il faut le dire, l’affaire avait été révélée par des écoutes de conversations entre Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog à l’occasion de l’enquête sur le présumé financement libyen de la campagne de 2007.

Ces écoutes téléphoniques, longtemps contestées par la défense de l’ex président, avaient été validées en mars 2016 par la Cour de cassation, après une âpre bataille judiciaire.

S’agissant de « l’affaire Kadhafi », à ce jour, Nicolas Sarkozy continue de tout nier en bloc. L’enquête y relative a été ouverte en 2013 et porte sur un montant de cinq millions d’euros.

Source : RTL

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies