Attaque xénophobe: des étudiants nigérians donnent 7 jours aux Sud-Africains pour quitter le Nigeria

EDUCATION SOCIETE

L’Association nationale des étudiants nigérians (NANS) a invité tous les Sud-Africains et leurs entreprises opérant au Nigéria à fermer leurs portes dans un délai de sept jours et à quitter le pays, à la suite du nombre croissant d’attaques xénophobes contre des Nigérians en Afrique du Sud.

Akpan a lancé cet appel lors d’une conférence de presse organisée par le président de la Commission nationale de la diaspora, Abike Dabiri-Erewa, à Abuja hier, le 7 août.

>>> Lire aussi : Un adolescent nigérian abattu en Afrique du Sud

Lors de la conférence de presse, Akpan a déclaré que cela suffisait des attaques xénophobes. Selon lui, les Nigérians ont suffisamment toléré les attaques et une action décisive contre les Sud-Africains doit être entreprise pour montrer la force du gouvernement nigérian. Dans ses mots

Il a ajouté que l’exercice de piquetage avait été mené pacifiquement dans l’espoir que le gouvernement sud-africain et ses citoyens mettraient fin à toutes les formes d’attaques contre les citoyens du Nigéria et d’autres pays africains.

«Voici que les tueries se sont poursuivies et ont même pris une dimension plus dangereuse. Cette aggravation appelle une réaction rapide. Surtout, nous voulons appeler les Nigérians d’Afrique du Sud à reconsidérer leur séjour en Afrique du Sud et à rentrer chez eux.

>>> Lire aussi : Nigeria – Manifestation des chiites dans les rues d’Abuja après des affrontements avec la police

«Après avoir passé la première phase sans remords ni action concrète pour mettre fin aux attaques xénophobes en Afrique du Sud, nous souhaitons annoncer que les étudiants nigérians ont décidé d’affronter les Sud-Africains de la même manière qu’ils le font pour notre peuple. Nous avons été témoins de l’impuissance du gouvernement sud-africain à maîtriser ses citoyens et souhaitons condamner sans ambiguïté les soins continus des personnes impliquées. Chaque nation ayant sa propre crise interne, aucun citoyen d’un autre pays ne devrait être sacrifié pour les activités criminelles des Sud-Africains ou de toute autre.

«Puisque la prospérité économique des Nigérians ne peut plus être tolérée et que leurs vies sont sécurisées en Afrique du Sud, il n’est pas nécessaire non plus de tolérer l’essor continu des entreprises sud-africaines et de ses citoyens au Nigéria.

>>> Lire aussi : Nigeria – Des coups de feu sont tirés contre des chiites, la police se heurte à nouveau à Abuja (vidéos)

«Nous souhaitons par conséquent demander officiellement à toutes les entreprises appartenant à l’Afrique du Sud au Nigéria de déménager dans les sept prochains jours. Nous souhaitons en particulier que Multichoice, MTN, Stanbic IBTC Bank, Shoprite et d’autres entreprises ferment leurs activités dans leur propre intérêt dans un délai de sept jours.

«Dans le même esprit, nous demandons aux ressortissants sud-africains du Nigéria de rentrer dans leur pays d’origine, car nous ne pouvons plus les regarder vivre paisiblement au Nigéria, alors que nos citoyens de leur pays continuent de payer leurs vies chères sans autre raison que d’être débrouillard et florissant dans leurs entreprises et leur carrière.

Les Sud-Africains devraient désormais quitter le Nigéria avec toutes leurs affaires. Les Nigérians ne plaisantent pas à ce sujet et nous donnons un ultimatum de sept jours pour que cette action soit menée à bien. La diplomatie a échoué ”.

>>> Lire aussi : Nigeria – 54 membres chiites arrêtés pour une manifestation sanglante à Abuja

Dabiri-Erewa a toutefois lancé un appel au calme aux étudiants nigérians, soulignant que le gouvernement nigérian travaillait d’arrache-pied pour que la question soit résolue. Elle a révélé que le président Buhari rencontrerait son homologue sud-africain, Cyril Ramaphosa, pour discuter de la manière de mettre fin aux attaques.

Selon elle, les Nigérians atteignent un point critique alors que le nombre de meurtres augmente chaque jour.

«Nous arrivons à un point critique, nous arrivons à un point où les Nigérians deviennent vraiment fâchés et ne peuvent plus supporter cela.

>>> Lire aussi : Nigeria – Aucune ordonnance d’un tribunal ne peut nous empêcher de pratiquer notre religion – Chiites

Ce sera l’une des priorités que le ministre des Affaires étrangères rencontrerait à nouveau avec son homologue en Afrique du Sud et examinerait le signal d’alerte précoce qui avait été mis en place, ce qui doit être fait pendant l’exploration des canaux diplomatiques », a-t-elle déclaré. .

Encore une mort en Afrique du Sud… cela devient insupportable pour les Nigérians, vous n’y allez pas et ne revenez pas avec des sacs mortuaires. Nous devons donc faire tout ce que nous avons à faire pour que cela ne dégénère pas au même niveau. nous commençons à faire du piquetage et à détruire des biens… ce n’est pas ce que nous sommes », a souligné Dabiri-Erewa.

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Privacy & Cookies Policy