AfroPlanete
SOCIETE SUBSAHARIEN

Tunisie – Une ivoirienne de 15 ans vendue par sa propre tante à une famille tunisienne (vidéo)

La communauté subsaharienne en Tunisie est celle qui se livre parfois aux atrocités dont elles subit, elle devient son propre bourreau.

En Tunisie, un phénomène sévit au sain de cette communauté, ce phénomène appelé “contrat” qui la mine.

>>> Lire aussi : Tunisie – Les salaires de 14 subsahariens retenus par leur employeur

Q’est ce qu’un contrat ?

Le contrat qui change de définition au sain de la communauté subsaharienne. un contrat consiste à faire venir un client de l’Afrique subsaharienne et de le confier à une famille soit Tunisienne, Française, diplomate, etc. Confier la personne à une famille aisée qui a besoin de femme ou homme de ménage, de jardiner, etc. Et celui-ci reste enfermé dans la maison de son employeur sans pouvoir être libre de ses propres mouvements puisse que ses pièces d’identités lui sont confisquées dès son arrivée sur le territoire tunisien par son bourreau et son employeur. Sans salaire ou même dans des conditions parfois pitoyables calamiteuses celui appelé “client” est obligé de travailler durant parfois 1 ans ou même 2 ans pour régler une dette imaginaire.

>>> Lire aussi : Urgent Tunisie – Des subsahariens ivoiriens blessés et enfermés dans leur maison pour une altercation avec des Tunisiens à Balazreg (vidéo+photos)

L’histoire d’Irène

Houan Lou Irène, une mineure de 15 ans vivant en cote d’ivoire se voit leurrer par une femme “une tante” vivant en Tunisie. La famille de cette dernière étant modeste, contactée par cette femme a décidé de faire venir leur fille en Tunisie pour vivre avec cette femme comme prévu. Après son atterrissage à l’aéroport Tunis-Carthage, cette dame confie la mineure à une famille tunisienne dans l’objectif de travailler pour cette famille comme femme de ménage voir plus. A son arrivée à Sfax, la famille tunisienne constatant que la fille n’est pas en age de travailler décide de suspendre le contrat et fait appel à celle qui les a confié Irène pour qu’elle vienne récupérer la mineur. La dame leur dit de mettre Irène dans un véhicule en partance pour Tunis, ce qui a été fait. Arrivé à la gare de Sfax de Tunis, Irène en présence d’un inconnu décide de contacter cette même dame qui l’a confié à la famille tunisienne et la femme demande à l’inconnu de déposer la mineure à l’aéroport. A l’aéroport de 16h à 21h, la dame n’apparaît pas ce qui veut dire qu’elle l’abandonne à son sort. Remarquée par un ressortissant guinéen, celui-ci l’aide en faisant appelle aux responsables de la communauté ivoirienne “ASSIVAT” en Tunisie. Irène finit par atterrir entre les mains de personnes de confiance sans pouvoir retrouver la dame qui l’a faire venir en Tunisie. Cette dernière s’est volatilisée après avoir pris son dû.

>>> Lire aussi : Marrakech – 2 subsahariennes arrêtées à Saada pour détention de faux billets de dollars

Rappelons que dans un contrat, l’employeur devient propriétaire de l’employé jusqu’à confisquer le passeport voir même les effets personnels de ce dernier. L’employé est libéré que par la force en faisant intervenir les autorités soit par la fuite.

La communauté subsaharienne est parfois son propre bourreau sur le territoire tunisien.

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies