Tunisie – Communauté subsaharienne: Entretien avec Ali Maina Al Hadj “Ali Zitouni”président de l’AESTT

INTERVIEW SUBSAHARIEN

Aujourd’hui l’équipe AfroPlanete reçoit M. Ali Maina Al Hadj alias “Ali Zitouni”, président de l’AESTT. Dans cet entretien, M. Ali Maina Al Hadj n’a pas émis de réserves et s’est ouvert entièrement à notre équipe. En tant que président de l’AESTT (Association des Etudiants et Stagiaires Tchadiens en Tunisie), M. Al Hadj a su nous parler de son association et des problèmes qu’ils rencontrent .

L’entretien

Afroplanete : Vous êtes le premier responsable des étudiants et stagiaires tchadiens en Tunisie, Dites-nous qui est M. Ali ?

Ali Maina Al Hadj : Je réponds au nom d’Ali Maina Al Hadj, étudiant en 5e année d’architecture à l’école supérieure d’architecture d’audio-visuelle et de Design .

>>> Lire aussi : Tunisie – Communauté subsaharienne: Entretien avec Serigne Tall, président sortant de l’UNESST

Afroplanete : Faites-nous la genèse de votre association .

Ali Maina Al Hadj : La genèse de notre association remonte à l’époque de l’arrivée des premiers étudiants Tchadiens en Tunisie pendant les années 1979-1980, donc dès leur arrivée, ils se sont regroupés en association pour défendre les intérêts académiques et socio-culturels des étudiants tchadiens.

Afroplanete: Le fonctionnement de votre association.

Ali Maina Al Hadj: Le fonctionnement revient au bureau exécutif durant son mandat limité à une année à travers l’organisation d’activités et surtout s’assurer de l’intégration des Tchadiens en Tunisie en tissant des relations avec les autres communautés estudiantines présentes sur le territoire tunisien.

Afroplanete : Quelles sont les missions de votre association ?

Ali Maina Al Hadj : Notre association a quatre(04) missions majeures qui sont :

  • Œuvrer pour le bien-être  intellectuel et socio-culturel de l’étudiant tchadien en Tunisie
  • Faciliter son intégration dans son milieu d’étude
  • Encourager l’étudiant tchadien dans son effort pour sa réussite académique
  • Développer l’entraide entre les étudiants tchadiens et assister ceux qui sont en difficultés
Afroplanete : Votre association compte combien d’étudiants ?

Ali Maina Al Hadj: Nous n’avons pas encore finis le recensement mais actuellement nous sommes entre 200 à 300 étudiants tchadiens sur le sol tunisien.

>>> Lire aussi : Tunisie – Communauté subsaharienne: Entretien avec Rachid Ahmed, ex-président de l’AESAT

Afroplanete : Dites-nous comment vous encadrer ces étudiants ?

Ali Maina Al Hadj: Depuis l’année 2017, avec le président Atom et la révision du statut qui stipule qu’au niveau de chaque ville où se trouve un étudiant tchadien il faut nommer un représentant, donc avec ces représentants on essaie de tenir des réunions en téléconférence pour savoir ce qui se passe exactement dans les autres villes puisque le siège se trouve à Tunis donc il faut savoir ce qui se passe dans les autres villes également.

Afroplanete : Quelles sont les activités que vous menez au sein de votre association ?

Ali Maina Al Hadj : Nous menons pas mal d’activités, les majeures sont les suivantes :

  • La soirée d’intégration
  • La journée du 8 Mars qui consiste à célébrer la femme
  • La journée culturelle

Et  nous avons également des formations, puisque nous sommes en Tunisie pour les études, nous organisons différentes formations pour les étudiants tchadiens

Afroplanete : Quel bilan faites-vous de la journée d’intégration que vous avez organisé le mois dernier ?

Ali Maina Al Hadj: C’est une satisfaction totale parce que c’est la première fois dans l’histoire de notre association que l’entrée de la journée culturelle soit libre et gratuite car les années précédentes, l’entrée était toujours payante et grâce à Dieu nous avons eu plus de 200 personnes présentes dans la salle, c’est une grande réussite et une satisfaction totale et surtout nous remercions nos compatriotes qui ont effectué le déplacement dans les différentes localités pour venir participer à cette activité.

>>> Lire aussi : Tunisie – Communauté subsaharienne: Entretien avec Touré Blamassi, fondateur de l’ALDA

Afroplanete : Quelles sont vos relations avec les autres associations estudiantines ?

Ali Maina Al Hadj : Je dirais nos relations avec les associations estudiantines sont excellentes et nous envisageons organiser des activités en collaboration avec d’autres associations estudiantines.

Afroplanete : Comment se passe l’intégration des étudiants tchadiens en Tunisie ?

Ali Maina Al Hadj: Nous, tchadiens parlons l’arabe et cela facilite considérablement notre intégration en Tunisie et pour le reste nous nous adaptons.

Afroplanete : Quels sont les problèmes auxquels les étudiants tchadiens sont confrontés ?

Ali Maina Al Hadj: Le plus grand soucis c’est au niveau du visa, puisque nous n’avons pas d’ambassade mais plutôt un consul honoraire, et c’est à l’aéroport qu’on nous octroie le visa d’une durée de 7 jours, ce qui ne permet pas aux étudiants tchadiens de déposer leurs cartes de séjour à temps puisque nous tombons dans les pénalités donc c’est une chose qui est assez compliqué. Nous avons également le problème d’orientation qui se situe au niveau du pays et le problème de retard dans le paiement des bourses pour les boursiers.

Afroplanete : Quel est le plus grand succès de la communauté tchadienne ?

Ali Maina Al Hadj: Nous avons remporté le prix de la communauté la plus active au sein de l’AESAT et également le prix de la meilleure prestation théâtrale .

>>> Lire aussi : Tunisie – Communauté subsaharienne: Entretien avec Marc Arthur Deongane Yopasho, ex-président de l’AESAT

Afroplanete : Que comptez-vous faire pour vous distinguer de vos prédécesseurs ?

Ali Maina Al Hadj : Nous avons mis une politique de décentralisation de certaines activités et formations dans les villes comme Jendouba, Sousse, Gabès et Sfax.

Afroplanete : Pour finir avez-vous un appel a lancé ?

Ali Maina Al Hadj: Je lance un appel fort à mes compatriotes à venir participer aux activités que l’AESTT organise car ces activités sont organisées pour eux et l’AESTT c’est NOUS, par NOUS et POUR NOUS.

Surtout qu’ils intègrent le bureau. Enfin j’invite mes sœurs à s’impliquer et venir participer à la vie associative car c’est la femme qui fait la société Africaine et elle doit être au premier rang.

Je tiens à remercier infiniment et rendre un grand hommage bien mérité aux membres de mon bureau qui m’ont fait confiance et qui de par leurs occupations se sacrifient jours et nuits et qui se donnent corps et âme afin qu’on puisse organiser les activités qui pour moi sont une réussite totale. Merci pour leur engagement et dévouement.

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies