Publicités

Mauritanie: Le système de santé mauritanien vu par Sheikh Al Mahfoudh bin bayyah

SANTE

Sheikh Al Mahfoudh bin bayyah, Secrétaire général du Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes et Président de la fondation BIN Bayyah et une équipe de chercheurs, dans un rapport nous parle du système de santé mauritanien.

L’observation de Sheikh Al Mahfoudh bin bayyah

Je suis profondément blessé parce que je ressens les souffrances que je peux vivre dans une situation où les organismes de réglementation de la santé de certains grands pays font face à de véritables problèmes et défis.
J’espère que l’État et les autorités sanitaires du pays se réconcilieront avec leurs mesures préventives et préventives, que notre pays sera préservé et que l’épidémie sera levée.
Je vais me donner une chance d’échouer.
Oui, je pense qu’il était possible de faire mieux. Nous avons déménagé en 2012, et l’organisation de Sheikh Abdullah bin Beh a commencé son travail et a planifié plusieurs projets, dont le plus important est de faire de la Mauritanie un pays sans maladie.
Nous sommes venus avec les meilleurs experts des politiques de santé du Canada et des États-Unis et nous avons préparé des plans pour les programmes de l’État en cas d’urgence.
Nous avons organisé une visite de terrain aux experts pour examiner la situation de la santé dans le pays, le diagnostic, la préparation et la préparation d’un rapport détaillé. Sur cette base, nous avons décidé de commencer avec des salles dans tous les états pour le diagnostic de télémédecine
C’était un rêve et un projet dans lequel nous avons fait un grand effort parce que notre conviction que les corps ont été trouvés seulement pour être fatigué des âmes et que chaque jungle et précieux sont insultés par la voie des terres d’origine.
Mais le projet de rêve qui n’a pas Il coûterait au trésor public une once, bloqué par le mur bureaucratique strict et son rugissement ennuyeux.
“Plus de détails” du 2-way.

>>> Lire aussi : La Chine a annoncé en avoir fini avec le coronavirus au Wuhan

LE RAPPORT DÉTAILLE

Le système de sante mauritanien
Le besoin de soins primaires
March 8th 2012


Joel Diringer, JD, MPH
Rehan Naqui, MD
Ahmad Nooristani, MD
Suhail M. Obaji, MD
Nayyar Razvi, MD
Asad Tarsin, MD
Shadab Maghsood MD

Le système de sante mauritanien
Le besoin de soins primaires
Introduction :
Ce rapport se base sur l’analyse du système de santé mauritanien. Cette analyse a été effectuée par des médecins venus d’Amérique du nord sur une période allant du 2 au 9 mars 2012.
La visite des sites, l’analyse des données, l’évaluation des rapports, des présentations et des discussions avec des médecins et le personnel médical ont constitue la base de cette évaluation:
Le but de ce rapport est de mettre en évidence la nécessité de mettre en place un système de soins primaires dans le cadre du développement du système de santé mauritanien. Le système de soins primaires sera le premier contact du patient avec le système de santé et les orientera si nécessaire vers des spécialistes.
Une évaluation globale du système de santé mauritanien avec des recommandations spécifiques fera l’objet d’un autre rapport.
Le système de recouvrement sanitaire et l’organisation hospitalière ne sont pas traités dans ce rapport. Ce rapport reconnait le besoin d’un système de payement par forfait aussi bien que l’intégration des hôpitaux secondaires et tertiaires dans un souci de réduction des couts et d’amélioration de qualités des soins.

>>> Lire aussi : Mauritanie : Interdits d’employer des étrangers, des milliers de pêcheurs artisanaux en grève

>>> Lire aussi : La Mauritanie privée d’une loi pour lutter contre les violences faites aux femmes

La culture du curatif / préventif :
Actuellement dans le tiers monde, la vision dominante des soins sanitaires et celle d’un système curative.
Les patients consultent une fois les symptômes présents et ils attendent du praticien une prescription ou autre intervention (si nécessaire).
La notion De soins préventifs n’existe pas.
Néanmoins, les maladies chroniques sont insidieuses et habituellement n’ont aucun symptôme physique. C’est notamment le cas de l’HTA, du diabète débutant et de l’hyperlipidémie. Au fur et à mesure que ces processus pathologiques progressent, l’organisme développe des mécanismes d’adaptation physiologique qui sont initialement bénéfiques mais qui avec le temps deviennent néfastes. L’apparition des symptômes cliniques signale le passage de la maladie vers la chronicité.
A ce stade, le traitement des complications est très couteux.
L’approche curative est de ce fait coûteuse et inefficace. La mise en place d’une stratégie basée sur les soins préventifs diminuerait les coûts des soins de santé.
Ce rapport reconnait comme défit majeur la nécessité de changer la mentalité des populations du curatif vers le préventif. Un système de santé mal conçu engendrera une incapacité de supporter les couts à long terme.
Délégation des responsabilités a fin d’améliorer l’efficacité et de diminuer le temps d’attente.
Des praticiens exerçant dans un environnement de formation continue et d’autonomie peuvent être formés dans le but d’accroître leurs responsabilités. Ceci peut amener une délégation des responsabilités des spécialités vers des praticiens de soins primaires. Les spécialistes pourront ainsi se consacrer totalement a des activités de leurs domaines propres.
Les responsabilités des médecins de soins primaires devraient être élargies a l’apprentissage de l’anesthésie pour les petites interventions, l’entraînement aux soins d’urgences, aux soins palliatifs, aux soins primaires en obstétrique, la supervision des tests d’effort cardiaques mais aussi à la recherche dans les domaines des soins primaires.
La formation aux sous-spécialités prenant plus de temps, la délégation des responsabilités permettra d’accroître la productivité des spécialistes.
Eléments du système de soins primaires de santé
1-soins préventifs
Ce rapport expose les détails du système de soins primaires qui reconnait l’intérêt d’une approche préventive dans la réduction des couts par la diminution de la morbidité engendrée par les maladies chroniques.
Les soins primaires incluent les consultations médicales ….. , les tests de dépistages basées sur les recommandations internationales et l’éducation sanitaire. Dans ce système les maladies les plus fréquentes sont diagnostiquées précocement améliorant ainsi leur pronostic.
Par exemple, les dépistages du cancer du col, du cancer du sein, de l’hypertension artérielle, du diabète et d’autres maladies endémiques peuvent être effectués au cours des consultations médicales.
2-les soins de sante en milieu rural :
Avec une population d’environ 3 millions d’habitants dont la moitié réside dans la capitale nktt et le restant éparpillé dans les zones désertiques, la géographie et la population mauritanienne sont uniques en leur genre la nature du territoire, le manque de moyens de communication aussi bien que la carence en données épidémiologiques constituent des défis majeurs à la prestation des soins en milieu rural.
Les avancées technologiques constituent une solution importante face à ces difficultés. La télémédecine et les équipes médicales mobiles pourraient fournir de soins de santé périodiques aux populations rurales. Les équipes pourraient être reliées via satellite aux praticiens des centres urbains. Des techniciens pourraient également recevoir une formation médicale de base leur permettant ainsi d’établir des dossiers médicaux, examiner les malades et présenter les données aux médecins qui décideront du traitement. Les examens de base, biologiques et radiographiques pourraient être effectués sur place pour un diagnostique et un traitement immédiats. En complément de ces unîtes mobiles, des centres médicaux peuvent être placés de manière stratégique a travers les pays. En outre les centres permettront la collecte et l’envoi de données aux médecins des centres urbains. La réduction des couts peut être obtenue par la standardisation des procédures.
Actuellement, ces solutions sont pratiquées dans de nombreuses régions du monde et permettent des progrès considérables, malgré le manque de médecins. Ces solutions peuvent être instaurées à faible coût et permettraient une amélioration de l’accès aux soins de la population mauritanienne.

>>> Lire aussi : Tunisie – Mort de l’ambassadeur de la Mauritanie en Tunisie

  1. l’organisation de centres médicaux standards et de centres de formation standards.
    Le haut niveau d’étude aussi bien que le coût de la formation des médecins constituent des facteurs limitant de l’accès aux soirs. La nouvelle approche doit privilégier la délégation des responsabilités à des agents médicaux bien entraînés soutenant le médecin dans sa prestation de soins. L’automatisation des procédures et certains aspects de la gestion bureautique doivent être délégués. Cette délégation des responsabilités se base sur la standardisation de la formation et de la structure des centres médicaux.
    L’architecture des centres médicaux doit être similaire afin de faciliter le travail des médecins et leurs équipes dans différents sites. L’établissement des centres de formation fournirait des auxiliaires médicaux à des coûts et dans des durées moindres. Il en résulte la formation d’effectifs entraînés et qualifiés pouvant assister efficacement le médecin.
    Les avancées technologiques ont permis la création de centres médicaux plus efficaces diminuant les coûts du recrutement et l’optimisation de la délégation des responsabilités aux auxiliaires médicaux . Cette efficacité est obtenue par la formation continue du personnel, l’utilisation adéquate de la délégation, l’automatisation de la bureautique et la transparence du travail.
    Cette approche tend vers la maximisation du temps que le médecin consacre aux patients, l’automatisation, l’élimination ou la délégation des activités administratives non médicales. La maximisation du temps consacré au malade conduit a une meilleure prise en charge. un centre médical efficace entraîne généralement une augmentation du rendement du praticien de 30-40%.
    Le résultat sera une réduction significative du déficit en nombre de médecins.
    Les caractéristiques architecturales des centres médicaux ne seront pas détaillées dans ce rapport. Une salle d’attente, une sale d’examen avec des fournitures et équipements standards ainsi que des postes de travail pour les médecins doivent être conçus en fonction des besoins.
    Actuellement, en Amérique du nord la maîtrise des coûts, la réglementation et la législation tendent vers une fusion des centres médicaux en des structures de plus en plus larges pour une prise en charge médicale moins chère et plus efficace.
    La Mauritanie a l’opportunité de développer son système de santé en se basant sur l’expérience et l’exemple du système de santé nord américain.
    Système de dossier médical informatisé :
    Du fait de la mobilité des patients, la continuité de la prise en charge médicale implique l’élaboration d’un système de dossiers médicaux informatisés (DMI). Les dossiers des patients seront sécurisés dans une base de donnée avec une sauvegarde locale et hors site afin d’éviter la perte accidentelle des données.
    Le DMI doit être simple d’utilisation et faciliter la tache du médecin. En raison de la faible population mauritanienne les données de tous les patients du pays peuvent être enregistrées sur une base de donnée. Ceci permettra la continuité de la prise en charge et la duplication des dossiers.
    Adresser les patients des soirs primaires vers des niveaux plus spécialisés sera facilité par le DMI. Le DMI facilitera également le relai par des médecins remplaçants. La prise en charge multidisciplinaire des maladies complexes sera également grandement facilitée par ce même procédé.
    Le DMI permettra également d’envoyer des rappels aux patients concernant leur rendez-vous de consultation de soins préventifs. Il permettra aussi d’analyser les tendances au niveau du système de santé pour une meilleure distribution des ressources. Les patients se présentant au niveau des urgences auront également leur DMI accessible au médecin des urgences.
    Le DMI peut inclure également le carnet de vaccination, les traitements médicaux, les allergies médicamenteuses et les antécédents médicaux.
    La création d’un registre central des médicaments est également possible; la rémunération des médecins pourra être établie en fonction de leurs rendements.
    Normalement le partage des dossiers médicaux et le transfert d’informations entre cabinets requiert de nombreuses formalités administratives, et a un coût élevé. Dans un système unifié de DMI, les dossiers peuvent être échangés sans formalités et sans coût. En conséquence un groupe peut offrir une continuité de soins avec plusieurs médecins, à un meilleur coût et avec une meilleure coordination.
    La nécessité de partager les données en temps réel de façon effective veut dire que les membres d’un plus grand réseau médical seront plus en mesure d’offrir une meilleure prise en charge grâce au partage des dossiers avec une équipe plus importante dotée de compétences diverses et complémentaires.
    Il est évident que l’accès en temps réel aux ordonnances, aux résultats d’analyses, aux diagnostics et aux opinions de spécialistes induira une meilleure qualité de la prise en charge. Cet accès informatisé réduira de façon significative le coût des transactions et ce faisant tous les frais médicaux de façon générale.
    Les initiatives de santé publique et les interventions plus spécifiques relatives à la transmission des maladies pourront être suivies de façon plus efficace.
    La prise en charge est une activité qui implique beaucoup d’acteurs, cela est d’autant plus vraie que plus l’état du malade est grave plus le nombre du personnel médical intervenant sera élevé. Il est donc très important pour le malade que le dossier médical et les informations relatives aux soins qui lui sont prodigués soient partagés en temps réel entre les médecins.
    Conclusion ;
    Au fur et à mesure que la Mauritanie développe ses infrastructures, il va falloir qu’elle réponde aux besoins de sa population en matière de santé.
    La seule manière d’assurer un accès universel aux soins tout en contrôlant les coûts est de mettre en place un système clinique standard ainsi qu’un réseau de prises en charge primaires.
    Comme susdit précédemment, ce rapport ne développe pas les besoins du système de santé mauritanien mais souligne le fait qu’une stratégie de prévention et une approche compartimentée de la prise en charge sont indispensables.

LIRE LE RAPPORT EN ARABE

Publicités

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Privacy & Cookies Policy