Tunisie – Agression d’un jeune ivoirien à Najematar par des bandits tunisiens, une autre agression à El Habib

SOCIETE SUBSAHARIEN

Dans la soirée du dimanche 02 août, un jeune ivoirien résident dans le quartier de Najematar a été victime d’une agression. Selon la victime, après avoir fait un tour à la boutique pour quelques achats, des jeunes tunisiens lui ont demandé de l’argent. Il raconte sa mésaventure.

“Ils m’ont dit mon ami donnes moi un dinar, je leur ai dit que je n’ai pas d’argent et dès que je me suis retourné, un premier m’a assommé avec une grosse planche à la nuque. J’ai perdu connaissance et dès que je me suis réveillé, j’était couvert de sang et ils étaient sur moi en train de me piétiner.” dixit la victime.

Après son agression il s’est rendu à l’hôpital où il a reçu des soins. Heureusement plus de peur que de mal.

Rappelons que dans la même nuit dans le quartier de Gamarth El Habib, un groupe de jeunes tunisiens a pris d’assaut un appartement où habitait des femmes subsahariennes. Munis de gourdins, de cailloux et de chiens ses derniers voulaient à tout prix lyncher ses femmes qui selon eux auraient violenté un enfant tunisien.

Joint au téléphone par l’équipe d’AfroPlanete, elle explique: ” Je vis depuis un moment dans le quartier, à chaque fois que même les enfants de 9 ans nous voient passer, ils nous disent: “madame on veut du sexe ou madame tient 5 dinars pour le sexe”. Et hier l’un des enfants m’a vu passé et a recommencé ses provocations donc j’ai dit à un autre jeune tunisien de m’attraper l’enfant, ce qu’il a fait. Lorsque j’avais l’enfant entre les mains, je lui ai dit de me demander pardon et après je l’ai libéré. Quelque minute plutard, un groupe de jeunes et vieux est venu me demander des explications, ce que j’ai fait et même une dame leur a dit que je n’ai rien fait et que l’enfant avait tord. Peu de temps après ils sont partis, encore quelque minute plutard un groupe de personnes avec des couteaux et cailloux et chiens est venu et ils ont commencé à nous lapider. Ils ont même cassé les vitres de la maison du bailleur. Le bailleur suivait la scène mais n’a rien fait, après que la vitre soit cassée là il vient demander des explications. Nous avons appelé la police, ils sont venus et nous ont demandé de porter plainte. C’était vraiment traumatisant.

Dans une publication le président de l’ASSIVAT a signifié que la police a pu régler la situation et rétablir l’ordre.

En une journée, deux agressions dans deux quartiers différentes. Espérons que ce ne soit que des actes de bandits et personnes mal intentionnées.

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies