Présidentielle ivoirienne: la communauté française en Côte d’Ivoire très inquiète

SOCIETE

L’Association démocratique des Français à l’étranger (ADFE), dite aussi Français du monde, qui regroupe depuis 40 ans des Français établis hors de France, tenait son assemblée générale à Abidjan. 20 à 25 000 Français résident en Côte d’Ivoire. À l’aube de l’élection présidentielle, beaucoup expriment des inquiétudes quant aux risques de troubles socio-politiques, alors que certains sont déjà fortement pénalisés par les conséquences économiques de la crise sanitaire.

>>> Lire aussi : Côte d’Ivoire – NON au 3e mandat de Ouattara: Plusieurs zones du pays en pleine manifestation (photos+vidéo)

Jackie Bertho est installée en Côte d’Ivoire depuis 40 ans. La présidente de l’association Français du monde note une inquiétude de la communauté française au regard des tensions politiques qui renaissent. « On entend effectivement les Français inquiets, confirme-t-elle. Ils sont inquiets parce qu’on a déjà vécu les événements de 2000, de 2003-2004, les événements de 2010-2011, qu’ils n’ont pas envie de reperdre leurs biens et aussi leur chiffre d’affaires. »

Pour Franck Emmanuel Calderat, gérant de deux restaurants à Abidjan, une crise politique viendrait aggraver une situation déjà très difficile en raison des mesures anti-Covid qui ont durement touché le secteur de la restauration. Mais au-delà de ses affaires, il partage les craintes des Ivoiriens pour l’avenir du pays : « Quand on entend le personnel, quand on entend les gens dans la rue, quand on entend les gens autour de nous dans les marchés, tout le monde est très inquiet de cette situation. Je demande à tout le monde, les uns et les autres, de mettre un peu d’eau dans leur vin et de trouver une solution pour sauver ce pays-là. »

>>> Lire aussi : Côte d’Ivoire – Henri Konan Bédié “une fois élu je m’engage à la libération de tous les prisonniers politiques”

« Plus d’inquiétude sur la Guinée ou le Mali »

Invité de cette assemblée générale, le sénateur français Jean-Yves Leconte (PS, sénateur représentant les Français hors de France) entend ces inquiétudes, mais tient à rassurer : « Il faut surveiller. C’est vrai que quand on compare à la situation en Guinée d’une part ou au Mali de l’autre, on se dit que pour l’instant il y a d’autres endroits où on a de bonnes raisons d’être beaucoup plus inquiets. »

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies