AfroPlanete
IMMIGRATION

Naufrage en Libye: Les migrants morts n’avaient plus de force, ils étaient épuisés, explique un rescapé

Naufrage en Libye: Les migrants morts n'avaient plus de force, ils étaient épuisés, explique un rescapé

Quarante-trois migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Libye, mardi 19 janvier, et dix personnes ont été secourues.

>>> Lire aussi : MAJ/Libye – au moins 43 morts après le naufrage d’une embarcation de migrants

InfoMigrants s’est entretenu avec l’ami d’un rescapé : il raconte ce qu’il s’est passé en mer Méditerranée ce jour-là.

Un naufrage s’est produit mardi 19 janvier au large des côtes libyennes. Quarante-trois personnes ont perdu la vie, 10 autres ont par ailleurs survécu.

L’embarcation est partie à l’aube mardi de Zouara avec une cinquantaine de passagers à son bord, tous des hommes originaires d’Afrique subsaharienne, explique à InfoMigrants Sylla, un Guinéen en contact avec un rescapé et qui vit aussi en Libye.

>>> Lire aussi : Urgent/ Naufrage d’une embarcation de migrants au large de Zuwara, 43 portés disparus et 10 survivants.

“Lorsqu’ils ont quitté les côtes libyennes, l’eau était encore calme. Mais quand ils sont arrivés vers les eaux internationales, la mer s’est agitée”, raconte Sylla. La panique s’est alors emparée des passagers qui se bousculaient pour tenter de rester à bord de l’embarcation. Le capitaine a fait demi-tour pour revenir en Libye. Mais sur le chemin du retour, d’énormes vagues ont fait vaciller le canot.

Tous les migrants sont tombés à l’eau. Ceux qui savaient nager ont pu remonter à bord du bateau. L’un d’eux, Moussa, bon nageur, a aidé les autres pour éviter qu’ils ne se noient. “Il a notamment soulevé un ami, Souleymane, l’a déposé sur le canot et est reparti pour porter assistance aux autres”, précise Sylla.

>>> Lire aussi : [Immigration] Naufrage d’une embarcation de migrants subsahariens au large des côtes libyennes

Quelques minutes plus tard, une autre vague a balayé une nouvelle fois le canot. “Les gens sont retombés à l’eau. Certains se sont accrochés aux bouées, comme Souleymane, mais ils se sont finalement noyés. Ils n’avaient plus de force, ils étaient épuisés”, continue Sylla. “Je suis fatigué, je ne peux plus tenir” sont les derniers mots prononcés par Souleymane.

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies