AfroPlanete
ACTUALITE POLITIQUE

Côte d’Ivoire – Amadé Ouérémi “dans la rébellion il y a deux grands responsables, c’est le président Gbagbo et puis le président Ouattara”: Massacre de Duekoué

Côte d'Ivoire - Amadé Ouérémi "dans la rébellion il y a deux grands responsables, c'est le président Gbagbo et puis le président Ouattara": Massacre de Duekoué

Le procès du massacre de Duekoué carrefour a repris hier après une pause de trois jours au Tribunal criminel du Plateau. Le quatrième jour d’audience a été marqué par la poursuite des auditions des témoins.

Un seul est passé à la barre. Sous le couvert de l’anonymat, ce témoin a affirmé que le principal accusé, Amadé Ouérémi est responsable des tueries survenues du 28 au 29 mars 2011 à Duekoué carrefour.

« J’ai moi-même vu Amadé sur le théâtre des opérations au quartier Duékoué carrefour et à la gendarmerie », a déclaré, témoin.

Il a révélé qu’avant le massacre, plusieurs forces présentes à Duekoué se sont livrés un combat épique qui a tourné en la défaveur des forces armées régulière qui ont été obligées de quitter la ville, la veille du début du massacre, malgré le soutien des jeunes d’auto défense.

Selon lui, étaient opposés, les forces armées de Côte d’Ivoire (FACI) qui avaient le soutien des jeunes et les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) aidées des chasseurs traditionnels dozos.

« La ville a été prise la veille, le 28 aux environs de 21 h. Les forces de l’ordre sont partis le même soir. C’est le lendemain 29 dans l’après-midi que les hommes de Amadé Ouérémi sont arrivés à Duékoué carrefour pour se venger des guéré. Il n’y avait pas eu d’affrontements. Ce sont des hommes venus du mont Péko qui frappaient à la porte des gens et quand on leur ouvrait la porte, ils tiraient systématiquement sur les hommes. Des hommes étaient fusillés. Tout les corps qui étaient à Duékoué carrefour étaient les corps de civils en général des vieillards. J’ai moi-même mené des investigations. J’ai vu et photographié les corps », a révélé le témoin.

À la barre, il a affirmé qu’il a surpris quelques après le massacre, le rebelle Amadé Ouérémi et ses hommes se réjouir des affres qu’ils auraient commis à Duekoué carrefour.

« Je n’ai pas dit qu’on m’a expliqué. J’ai vu et entendu Amadé qui parlait avec ses hommes devant la gendarmerie dire et je cite: « aujourd’hui à Duekot carrefour, il n’y a plus de vivant. On a éliminé tout le monde et ceux qui vivent encore sont en train de se chercher pour sauver leur vie. Je vous le dis, Amadé était un roi, le roi du mont Péko. Il etait plus qu’un seigneur. Ses hommes pour lui parler se mettaient à terre. Amadé a agi comme un chef d’une armée et non comme quelqu’un qui recevait des ordres. Il n’était pas sous le commandement de quelqu’un c’était lui le chef », a mentionné ce témoin.

Selon lui, au lendemain des tueries, il s’est rendu sur le théâtre des opérations avec les forces de l’armée des nations-unies en Côte d’Ivoire a constaté que « l’horreur et le carnage dans toutes ses formes ».

Pour donner de la valeur à son témoignage, le témoin a présenté au Tribunal des preuves accablantes, notamment des photos et des vidéos liées au massacre de Duekoué carrefour.

Ces preuves ont mis hors d’état, le rebelle qui a aussitôt pris la parole pour se défendre. Comme d’habitude, Amadé Ouérémi a dénoncé, des manœuvres visant à lui faire porter tout seul, le chapeau et a déclaré être victime d’une machination, avouant pour la première fois qu’il était effectivement sur les lieux du massacre le jour des faits.

« Toujours quand les gens ils viennent ils me font des photos or c’est aujourd’hui que j’ai compris que c’était pour me piéger. Je ne suis pas seul. On était beaucoup. Parmi nous il y avait des guinéens et des Dioula. Moi-même j’étais là-bas. Je ne vais rien cacher je vais tout verser : tout expliquer », a-t-il expliqué.

« Qu’on appelle tous les responsables de la rébellion et chacun va s’expliquer. Moi en 2011 je n’ai pas pris fusil. Si j’ai tué en 2011. Dans la rébellion il y a deux grands responsables, c’est le président Gbagbo et puis le président Ouattara. », s’est défendu, le seigneur du mont Péko.

avec koaci

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies