AfroPlanete
FAITS DIVERS

Afrique du Sud : Une mère permet au gangsters de violer et torturer sa fille de 2 ans, elle a été condamné à 5 ans de prison

Afrique du Sud : Une mère permet au gangsters de violer et torturer sa fille de 2 ans, elle a été condamné à 5 ans de prison

Le tribunal a été choqué et incrédule lorsqu’une mère sud-africaine reconnue coupable d’avoir permis à des gangsters de violer et de torturer sa fille de deux ans, surnommée Baby Nadia, a été condamnée à seulement cinq ans de prison.

La mère de 27 ans, qui ne peut être nommée pour protéger l’identité de son enfant, ainsi que son amie Ursula Paste, 32 ans, ont été condamnées par le tribunal régional de Parow, au Cap, le mardi 20 juillet. 

La mère de Baby Nadia a été condamnée à cinq ans pour maltraitance d’enfants et à cinq autres ans pour négligence envers les enfants, mais les peines s’exécuteront simultanément.

Le magistrat a condamné Paste à cinq ans de prison, ajoutant qu’elle pourrait être libérée dans seulement 10 mois pour bonne conduite.

Après avoir été jugés pendant plus de deux ans, tous deux ont été reconnus coupables après que l’enfant a été sauvé d’un repaire de drogue en 2019. Ils ont été accusés de viol, tentative de meurtre, maltraitance d’enfants et voies de fait, mais n’ont été reconnus coupables de maltraitance d’enfants que pendant que la mère faisait face à une charge supplémentaire de négligence envers les enfants. Cela était dû à l’absence de preuves les reliant directement aux blessures de l’enfant. 

La découverte de Debbie van Rensburg, 56 ans, et de son fils Cisco, 27 ans, a déclenché un tollé lorsqu’il a été révélé que la petite fille avait été violée, ses organes génitaux brûlés, son petit corps mordu et ses cheveux coupés. 

Aucun des hommes qui ont abusé de l’enfant n’a été arrêté car les deux femmes ont refusé de les nommer. 

Pendant ce temps, lundi, la mère de Nadia a stupéfait le tribunal lorsqu’elle a supplié de payer une amende au lieu de faire de la prison.

Elle a pleuré sur le banc des accusés en disant au magistrat qu’elle ne voulait pas aller en prison mais qu’elle était prête à payer une amende pouvant aller jusqu’à 10 000 rands pour son crime. Elle a déclaré au tribunal qu’en prison, elle avait cessé d’utiliser le tik et en avait fini avec la drogue.

“Il y a de la drogue là-bas (en prison) mais je me suis dit que ce n’était pas pour moi. Ma famille paiera 5 000 R ou 10 000 R si je reçois une amende. Je me sens blessé que quelqu’un veuille adopter ma fille pendant que je suis ici . ” a dit-elle.

Cela vient après que Debbie ait demandé aux services sociaux si elle pouvait adopter et élever Baby Nadia, qui est actuellement gardée dans un foyer pour enfants. 

De son côté, Ursula Paste a demandé au tribunal de « maak klaar » (finir) avec l’affaire, et a déclaré qu’elle pourrait payer une amende de 5 000 rands .

La mère de cinq enfants a sangloté sur le quai, disant que ses enfants souffraient. Je veux payer une amende de 5 000 rands si je ne peux pas purger une peine en dehors de la prison », a déclaré Paste.

“Je veux que le tribunal   me rassure parce que je suis fatigué de cette affaire et d’être fort pour ma famille qui s’inquiète pour moi. Je suis en prison depuis deux ans et cinq mois et je suis fatigué. Mon fils aîné a commencé à boire et fumer du dagga pendant que je suis ici. J’ai convenu que j’étais négligent, mais je n’ai pas vu l’enfant se faire maltraiter et je n’ai donné à cet enfant qu’un endroit où dormir. » elle a ajouté. 

L’avocat de la défense a déclaré que les deux accusés avaient manifesté des remords pour leurs actes et a demandé au tribunal d’envisager de leur infliger une amende de 5 000 rands ou de les condamner à un maximum de cinq ans de prison.

Cependant, le procureur de la République a requis un minimum de 10 ans derrière les barreaux, estimant que le bambin avait souffert.

Réagissant à la condamnation, une Debbie émue a fondu en larmes et est sortie en trombe de la salle d’audience en disant que le système judiciaire avait laissé tomber Baby Nadia.

« J’ai juste commencé à pleurer et je suis sorti. Comment le magistrat peut-il laisser tomber un enfant comme ça ? » elle a demandé.

« Je suis encore traumatisée par ce que je voyais et que l’ enfant ne sera plus jamais pareil. Comment peut – il dire Ursula doit obtenir une libération conditionnelle au bout de 10 mois? C’est  mos  rien.  Ek est hartseer Baie , je ne peux pas le croire. »

Debbie a déclaré qu’après deux ans passés devant le tribunal, elle avait espéré une peine plus sévère.

“Je suis allé seul au tribunal pendant plus de deux ans sans personne pour me soutenir et j’ai dû emprunter de l’argent juste pour payer le taxi pour m’y rendre, mais j’y suis allé parce que je me battais pour que justice soit faite pour ce petit enfant. Maintenant le magistrat dit qu’elles ont eu cinq ans parce qu’elles sont mères et délinquantes primaires, mais qui laisse cela arriver à un enfant ? Ce sont des monstres, pas des mères », a-t-elle déclaré. 

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies