AfroPlanete
ACTUALITE POLITIQUE

Tunisie – L’ex premier ministre Hichem Mechichi réagit à son limogeage “je me retire pour l’intérêt national”

Dans un post publié sur sa page officielle Facebook, le chef du gouvernement limogé, Hichem Mechichi est revenu sur les décisions annoncées hier soir par le président de la République assurant qu’afin de faire éviter au pays davantage de tensions en cette conjoncture exceptionnelle, il a décidé de ne pas être, en aucun cas, élément perturbateur ou un obstacle en mesure de compliquer davantage la situation en Tunisie. De ce fait, il a annoncé qu’il s’engage à se tenir aux cotés du peuple tunisien et à ne pas s’attacher à aucun poste ou responsabilité au sein de l’Etat.

Mechichi a assuré qu’il passera les pouvoirs à la personnalité qui sera chargée par le chef de l’Etat pour former un nouveau gouvernement tout en exprimant ses vœux de réussite à la nouvelle équipe gouvernementale.

“Je vais faire la passation de mes responsabilités à la personne qui sera désignée par le président de la République dans le respect des traditions de l’Etat tout en souhaitant la réussite à la nouvelle équipe gouvernementale”, lit-on notamment. 

Le communiqué

Avis

Au nom d’Allah, le Très Miséricordieux

Suite aux décisions prises le 80 juillet 2021 par le Président de la République, par lesquelles il a approuvé l’adoption de mesures exceptionnelles au sens du chapitre 80 de la Constitution de la République, il m’intéresse de présenter l’opinion publique nationale avec les points suivants :- J ‘ ai eu l’honneur de servir la Tunisie sur de nombreux sites et je resterai toujours le pacte que j’ai fait à son service, quelle que soit ma position. La responsabilité du Premier ministre a été assumée depuis un an dans les périodes les plus difficiles de la Tunisie à travers son histoire. Une crise économique et sociale étouffante suite à l’échec des élites politiques successives au cours des dernières années à établir un système répondant aux aspirations du citoyen. La crise profonde de la pandémie de Corona qui m’a mis en place et mon équipe gouvernementale devant des choix difficiles entre préserver la santé des citoyens et ne pas couper leurs moyens de subsistance, ce qui m’a forcé à prendre un certain nombre de décisions impopulaires aux yeux de certains, mais nécessaires à la lumière des capacités limitées de l’État et de la situation économique dégradante National et Finances publiques. Je n’ai pas hésité à accepter que le président de la République m’impose de former un gouvernement et de diriger la phase, malgré que je connaisse au préalable les difficultés et la précision de la phase économique, sociale et sanitaire, mon acceptation de cette affectation était une responsabilité envers un pays à qui je dois beaucoup comme produit L ‘ ascenseur social et le système public depuis l’enseignement primaire jusqu’au travail de l’administration tunisienne dans de nombreux sites et responsabilités supérieures.

La période passée a été marquée par l’escalade des crampes politiques et l’échec du système politique des élections de 2019 à former un gouvernement en raison de la grande différence entre les exigences de la rue et les priorités des partis politiques qui ont continué à démolir la scène parlementaire entre le citoyen et le citoyen Les politiciens, ce qui m’a poussé à former un gouvernement indépendant et à s’accrocher à cette option jusqu’à aujourd’hui, convaincu que la scène politique ne peut pas conduire l’étape actuelle, et que tous ses composants doivent réformer leur situation afin qu’ils puissent présenter une offre politique digne de La Tunisie et ses acquis sont à la hauteur des aspirations des Tunisiens en général.- Le gouvernement a rencontré de nombreuses difficultés comme le spectre de la faillite de l’État que nous avons pu éviter jusqu’à l’heure de la coordination avec les organisations nationales, bien que je m’accroche à la logique de communication de l’État et que je continue de respecter les engagements des gouvernements qui m’ont précédé et qui ont déjà commencé à appliquer C ‘ est elle.- La plus grande difficulté était de concilier l’option de l’indépendance, le manque de parti et les exigences objectives de l’action gouvernementale, ce qui nécessite le maintien de la majorité au sein du parlement afin que le gouvernement puisse formuler ses perceptions en textes législatifs en vigueur.- Je comprends l’état de congestion et le sentiment de désespoir de nombreuses filles et de nos compatriotes à cause du retard considérable dans l’accomplissement des prestations tant attendues, ce qui a conduit à un manque de confiance dans la classe politique et dans les différents gouvernements successifs.

C ‘ est pourquoi, en veillant à éviter le pays, plus de congestion à un moment où il a le plus besoin de toutes les forces pour sortir de la situation de crise qu’il vit à tous les niveaux, je ne peux en aucun cas être un élément désactivé ou une partie Parmi les formes qui complique la situation de la Tunisie, et la préservation de la sécurité de tous les Tunisiens, je déclare que je faisais la queue comme je l’ai toujours été avec notre peuple et ses droits et je déclare que je n’assume aucun poste ou responsabilité dans l’État.- Je remets la responsabilité à la personnalité que le président de la République lui confiera à la présidence du gouvernement pendant l’année de délibération de notre pays depuis la révolution et dans le respect des nuits dignes de l’État, je souhaite tout le succès au nouveau groupe gouvernemental.

Je continuerai à servir mon pays depuis n’importe quel site.

La Tunisie a vécu libre et immunitaire pour toujours, et gloire à son peuple.

Hicham Mechichi

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

Politique de confidentialité et cookies