AfroPlanete
ACTUALITE

Les femmes afghanes peuvent étudier à l’université mais pas dans la même pièce que les hommes, déclarent les talibans

Les talibans ont déclaré que les femmes afghanes seraient autorisées à étudier à l’université, mais pas dans la même pièce que les hommes.

Le ministre de l’Enseignement supérieur par intérim du groupe a également déclaré que les enseignants masculins ne seraient pas autorisés à enseigner aux étudiantes en vertu des nouvelles règles.

L’annonce intervient alors que l’on craint que le retour de l’Afghanistan au pouvoir des talibans ne freine les progrès réalisés en faveur des droits des femmes. 

Mais le groupe a rassuré les citoyens afghans et la communauté internationale qu’il ne reviendrait pas à restreindre sévèrement les droits des femmes, comme il l’a fait sous son règne précédent, mais beaucoup doutent de la sincérité des militants sur cette question.

« Le peuple afghan poursuivra ses études supérieures à la lumière de la charia en toute sécurité, sans être dans un environnement mixte entre hommes et femmes », a déclaré dimanche Abul Bqi Haqqani, ministre taliban par intérim de l’Enseignement supérieur, lors d’une réunion, ajoutant : « les hommes ne seront pas autorisés à enseigner aux filles ».

Les femmes afghanes peuvent étudier à l'université mais pas dans la même pièce que les hommes, déclarent les talibans

Haqqani a également expliqué que des modifications seraient apportées au programme d’études pour « créer un programme d’études raisonnable et islamique qui soit conforme à nos valeurs islamiques, nationales et historiques, et, d’autre part, être en mesure de rivaliser avec d’autres pays ».

Sous l’ancien président Ashraf Ghani, dont le gouvernement a été renversé lorsque les talibans ont pris Kaboul le 15 août, les droits des femmes et des filles ont été étendus, permettant à beaucoup d’étudier et de travailler. 

Les propriétaires d’universités privées se sont opposés à la séparation des étudiants et des étudiantes et ont déclaré qu’il n’y avait pas assez d’enseignantes pour faciliter l’apprentissage séparé, selon Taliban Watch, un groupe indépendant de chercheurs sur les droits humains.

D’autres, dont le journaliste Bashir Ahmad Gwakh, ont souligné que cette décision « privera effectivement les filles de l’enseignement supérieur parce que les universités ne peuvent pas se le permettre et qu’il n’y a [sic] suffisamment de ressources humaines ».

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus