AfroPlanete
ACTUALITE

La Norvège reclasse le Covid-19 : Pas plus dangereux que la grippe ordinaire

Le Covid-19 est traité dans les médias de masse comme une maladie très dangereuse face à laquelle la vaccination de masse et des restrictions sévères pour toute la société sont applaudies malgré peu de décès au-delà des groupes à risque. 

Mais en Norvège, il a désormais été décidé de la traiter comme d’autres maladies respiratoires, comme la grippe ou le virus du rhume, car selon l’Institut norvégien de santé publique elle n’est plus dangereuse que celles-ci.

En Norvège, 90 pour cent de la population de plus de 18 ans ont reçu leur première dose et 83 pour cent ont reçu leur deuxième dose et sont donc considérés comme complètement vaccinés.

Plus contagieux mais moins dangereux

La FHI estime que la pandémie elle-même n’est pas terminée car elle est toujours présente dans le monde et se propage en même temps que la proportion de personnes vaccinées dans le monde est faible. Tant qu’elle se propagera en dehors des territoires des pays riches, ce sera une pandémie continue, dit-on.

Avec moins de groupes à haut risque qui ont besoin de soins de santé, le fardeau des soins de santé diminue fortement.

La grippe ne nécessite pas de vaccination de masse

La situation considérablement améliorée en Norvège signifie qu’ils choisissent de classer Covid-19 comme une infection respiratoire du même degré de danger que la grippe. Cela ne veut pas dire qu’elle est considérée comme inoffensive, mais plutôt que tout comme dans le cas de la grippe, on pense qu’elle peut être gérée et que les risques pour les patients infectés par le Covid-19 ou la grippe sont comparables et qu’il est pour les personnes appartenant aux groupes à risque.

« Les coûts sociétaux totaux des maladies causées par des virus peuvent atteindre des dizaines de milliards de couronnes chaque année, sans que nous ayons une pandémie », a déclaré Arnberg au quotidien suédois  Aftonbladet. Il a cité les rhumes et les maux d’estomac comme causes de cela.

Chaque année, entre 300 000 et 1,5 million de Suédois tombent malades de la grippe, mais peu en meurent encore, seulement entre 700 et 2000 par an, avec des variations annuelles assez importantes à l’intérieur de cette fourchette. Comme dans le cas du Covid-19, c’est dans les groupes à risque que l’écrasante majorité des décès surviennent, mais aucune vaccination de masse n’est réalisée au niveau sociétal malgré cela.

D’ici l’hiver, on soupçonne en Norvège que les hôpitaux ne seront pas surchargés de patients qui sont tombés malades avec Covid-19, mais à la place il y aura un mélange de Covid-19, d’autres infections respiratoires et de grippe commune.

« Je pense que nous avons atteint le sommet cette fois. Ensuite, je pense plutôt que nous aurons une vague d’hiver qui viendra plus tard. Mais nous ne pensons pas qu’il sera plus grand que ce que le système de santé peut gérer », a déclaré Geir Bukholm à Verdens Gang .

Selon les évaluations de FHI, l’infection est en baisse, moins de personnes tombent gravement malades, très peu meurent et l’évaluation de la Norvège selon laquelle Covid-19 n’est plus plus dangereux qu’une grippe ordinaire semble de plus en plus correcte.

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus