AfroPlanete
ACTUALITE

La suspension de Twitter fait perdre plus de millions d’euros au Nigeria

La Commission nigériane des communications a déclaré que l’interdiction de Twitter au Nigeria est toujours en vigueur, car la commission n’a pas encore reçu le feu vert du ministère de l’Information pour lever l’interdiction.

Cela a été révélé par le directeur des affaires publiques de la Commission nigériane des communications, le Dr Ikechukwu Adinde.

La NCC avait envoyé une note aux opérateurs de réseaux mobiles et aux fournisseurs de services Internet pour bloquer l’accès à Twitter pour que l’interdiction imposée par le gouvernement fédéral prenne effet.

Cela survient après que certains Nigérians aient signalé, le mercredi 1er septembre, avoir accès à l’application sans réseaux privés virtuels sur leurs ordinateurs portables.

Il a été constaté que l’accès signalé à Twitter n’avait eu lieu que sur les réseaux des fournisseurs de services Internet, et non via les réseaux mobiles.

Une source d’un fournisseur de services Internet a déclaré à Punch : « La façon dont le blocage fonctionne en ce qui concerne le réseau est qu’un site, un serveur ou une URL spécifique sera placé sur une liste noire. Ou une instruction sera donnée pour bloquer le trafic allant ou provenant d’un certain serveur. Ainsi, un routeur qui se trouve entre les deux sert de blocus plutôt que de fonctionner comme un passage ; ça va le bloquer.

« Selon la technologie déployée, il peut y avoir des failles. Un problème pourrait être au niveau de la mise en œuvre. Cela peut créer une échappatoire, une erreur humaine.

Le gouvernement fédéral a interdit indéfiniment Twitter le 4 juin, quelques jours après que le site de microblogging a supprimé un tweet du président, le général de division Muhammadu Buhari (à la retraite), qui violait ses règles.

Le gouvernement fédéral avait depuis déclaré à la Haute Cour fédérale de Lagos qu’il n’avait pas empêché les Nigérians d’utiliser Twitter.

Le ministre de l’Information et de la Culture, Alhaji Lai Mohammed, qui est à la tête d’un comité mis en place pour négocier avec Twitter, a récemment annoncé que le comité de négociation avec Twitter parviendrait bientôt à un accord.

Il avait dit : « Tout sera réglé avec Twitter dans quelques jours ou semaines. »

L’une des conditions fixées par le gouvernement pour lever l’interdiction est que Twitter s’enregistre auprès de la loi sur les sociétés et les affaires connexes et établisse une présence physique au Nigéria.

Selon Statista, le Nigeria compte environ 33 millions d’utilisateurs actifs des réseaux sociaux, dont environ 26% sur Twitter. Depuis le début de l’interdiction, le Nigeria a perdu 220,36 milliards de nairas. Ce chiffre a été calculé sur la base de l’outil NetBlocks Cost of Shutdown.

Le rapport indique qu’il en coûte à l’économie nigériane 103,17 millions de nairas (250 600 $) chaque heure pour interdire Twitter. Cela fait 2 136 heures que le FG a interdit Twitter.

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus