AfroPlanete
IMMIGRATION

Au 163 migrants morts dans deux naufrages aux larges de la Libye selon l’OIM

Plus de 160 migrants sont morts ces derniers jours dans deux naufrages distincts en mer Méditerranée, a indiqué l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Cette nouvelle tragédie porte à 1 508 le nombre de personnes décédées au large des côtes libyennes depuis le début de l’année.

« C’est une nouvelle dramatique. » Flavio Di Giacomo, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a annoncé mardi 21 décembre à InfoMigrants la mort de 163 migrants en mer Méditerranée. Ils essayaient d’atteindre l’Europe sur des bateaux de fortune.

Le drame s’est déroulé la semaine dernière lors de deux naufrages au large des côtes libyennes. La première s’est produite vendredi 17 décembre, lorsque 102 personnes ont perdu la vie en mer au large de Surman, à l’ouest de la capitale Tripoli. Huit exilés du même bateau ont survécu à l’accident, a déclaré Flavio Di Giacomo.

Le lendemain, 61 corps ont été retrouvés sur un canot intercepté par les garde-côtes libyens au large de Sabratha. A bord du même bateau, les autorités ont récupéré 210 personnes, dont 35 femmes et 10 enfants.

« Nous ne pouvons pas dire avec certitude que parmi les morts ou les disparus se trouvaient des femmes et des enfants, mais il est fort probable que ce soit le cas », a déclaré le porte-parole de l’OIM.

Dimanche 19 et lundi 20 décembre, le Croissant-Rouge a retrouvé quatre cadavres sur les plages de l’ouest de la Libye, selon le compte Twitter Migrant Rescue Watch, proche des garde-côtes libyens.

Plus de 1500 morts depuis le début de l’année

Cette nouvelle tragédie porte à 1 508 le nombre de morts en Méditerranée centrale depuis janvier 2021. L’an dernier, 999 personnes sont mortes dans cette zone, connue pour être la route migratoire la plus meurtrière au monde.

Ces derniers mois, le nombre de départs des côtes libyennes a considérablement augmenté. Depuis le cessez-le-feu en Libye, signé en octobre 2020, les conditions de vie des migrants, déjà désastreuses, se sont encore détériorées à travers le pays. Ils sont désormais confrontés à une recrudescence de la violence et des enlèvements par les trafiquants. Autant de facteurs qui poussent les exilés à prendre tous les risques pour quitter le pays.

Depuis le début de l’année, 31 500 migrants ont été interceptés en mer par les garde-côtes libyens et renvoyés dans le pays, contre 11 900 l’année dernière, selon les chiffres de l’OIM.

Une fois renvoyés en Libye, les migrants sont transférés dans des centres de détention où ils risquent la torture, l’exploitation, la violence sexuelle et physique.

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus