AfroPlanete
INTERVIEW

Tunisie: Entretien avec Junior BOUASSA, président sortant de l’AESGT

Elu le 20 février 2021à la tête de l’Association des Étudiants et Stagiaires Gabonais en Tunisie (AESGT), Junior BOUASSA, en Mastère 2 de Recherche en Droit et Politiques de l’Union Africaine, après un an de mandat nous a accordé une interview dans laquelle il fait le bilan de son mandat à la tête de la dite association.

1 – Une brève présentation de vous et de l’AESGT.

Je suis Junior BOUASSA NGOUNGA, étudiant gabonais, détenteur d’une Licence Fondamentale en Droit Public et actuellement en Mastère 2 de Recherche en Droit et Politiques de l’Union Africaine à la Faculté des Sciences Juridiques Politiques et Sociales de Tunis, Université de Carthage et parallèlement Président sortant de l’Association des Etudiants et Stagiaires Gabonais en Tunisie 2020-2021 sous le Bureau ÉLITE. Natif de Lambaréné, je suis aujourd’hui fondateur de la chaîne YouTube BNJ TV, la Chaîne Panafricaine de vulgarisation du Droit Public, je suis aussi co-fondateur de la boutique de vente de vêtements en ligne Greate Shopping et de Romariel Création, une marque d’accessoires de beauté et de produits divers.

L’Association des Etudiants et Stagiaires Gabonais en Tunisie est une Association Socioculturelle sous tutelle de L’AESAT, créée le 08/03/1997 à Tunis/Tunisie. En effet, elle est composée d’un Bureau Centrale basée à Tunis et de trois sections à l’intérieur du pays notamment la section Sfax et Gabes, la section Monastir et Sousse, et la toute récente section de Nabeul. Ainsi, L’AESGT a pour but de promouvoir l’intégration et favoriser le bien-être des ressortissants gabonais en Tunisie.

2 – Quels ont été les grands axes de votre mandat ?

Les grands axes de mon mandat à la tête de L’AESGT sont multiples et se sont inscrits dans le slogan du  » retour aux sources » afin de redonner à l’ étudiant gabonais, la place qui lui dû. Parmi nos grands axes on peut en citer les plus pertinent à savoir, réorganiser le fonctionnement interne de L’AESGT à trail d’une part renforcer le dialogue et le travail avec les sections d’une part, et d’autres part, élargir les canaux de communication de L’AESGT à travers la création d’une chaîne YouTube, la création d’une site Web, la création d’un groupe WhatsApp d’assemblée générale. Ensuite, nous avons organisé un repas communautaire afin de se réunir mais aussi de partager de bons moments. Par ailleurs, nous avons eu la chance d’organiser les projections du 17 au 19 à Tunis et le 20 à Sfax. Enfin, nous avons célèbre la journée d’indépendance du Gabon organisée le 17 en collaboration avec le groupe évènementiel GBM FAMILY à l’hôtel Narhawess à Hammamet.

3 – Quels sont les difficultés rencontrées ?

Les difficultés rencontrées sont multiples parmi lesquelles, le financement des activités qui n’est toujours pas au rendez-vous, l’implication massive des communautaires et l’interactivité avec certains partenaires. Aussi nous avons eu des difficultés en ce qui concerne la multitude d’arrestation d’étudiants gabonais, notamment l’affaire Tonda qui a fait un grand bruit tant en Tunisie que dans le monde entier, beaucoup nous ont appelé tant sur le continent Africain qu’en Europe, aux États-Unis… Pour tenter de trouver des solutions, et par la même occasion je remercie toutes ces personnes qui se sont impliquées à cette situation. Il y a aussi eu des ressortissants gabonais qui ont été arrêtés pour les mêmes raisons (défaut du titre de séjour) que nous avons libéré. En somme je peux dire que les conditions d’obtention du titre de séjour sont encore très très complexes et le délai pour refaire ladite carte est très éclair.

4 – Que pensez-vous de la régression du taux d’étudiants en Tunisie ?

Je pense concrètement que la régression du taux d’étudiants en Tunisie est provoqué par beaucoup de facteurs non négligeables, premièrement la question toujours du titre de séjour qui est très délicate et compromet la régularité de beaucoup et cela les rend vulnérable aux yeux de la loi. C’est vrai qu’il y’a certains étudiants qui sont laxistes quant au renouvellement de la carte de séjour mais il n’en demeure pas moins que beaucoup subissent plusieurs conditions qui ne dépendent pas forcément d’eux, je peux citer pour le cas du Gabon,  » les étudiants boursiers  » qui parfois ont des réponses favorable d’accord de bourse après le décline pour renouveler le titre de séjour, ce qui leur fait rentrer dans les pénalités. Deuxièmement, la question du racisme joue fortement, car jusqu’à présent il y’a encore des actes de racisme qui sont vécus par beaucoup d’étudiants et qui influence leur psychologie et leur bien être pourtant l’état tunisien a même promulgué une loi contre les actes racistes mais dont l’application est à l’antipode de la réalité.
Par ailleurs, la question de la cherté du coût de la scolarité et des loyers. Oui, nous les étudiants étrangers en Tunisie on paie plus cher que les étudiants tunisiens. Par exemple au privé, en licence nous payons en licence l’année à 3500€ et le tunisien 2500€ dans certaines universités privées. Dans les universités publiques par exemple, l’étudiant étranger paie en licence 1700€ l’année et l’étudiant tunisien paie à peine 45€. De quelle intégration parle-t-on en Afrique si tenter qu’il soit possible de la réaliser ?

5 – Un message à passer aux autorités tunisiennes et gabonaises?

Un message important que je peux lancer aux autorités tunisiennes, c’est de revoir la condition de l’étudiant étranger car pour un pays comme la Tunisie, ils auront tout à gagner. D’inviter les responsables d’associations qui sont en contact direct avec les étudiants afin de trouver des solutions optimales aux problèmes qui minent la sphère estudiantine étrangère.
Concernant les autorités gabonaises, je leur dirai de renforcer l’attention sur leur citoyen qui se trouve à l’étranger car nous sommes des valeurs ajoutées dans le processus de développement du pays car ont vient prendre d’expériences nouvelles à l’étranger pour diversifier les domaines de développement. Enfin, je demande aussi qu’il y’ait un véritable relais et une communication actifs entre les nouveau étudiants qui sont censés arrivés chaque année afin de leur faciliter l’intégration en sol tunisien.

Au terme de notre entretien, Junior Bouassa n’a pas manqué de remercier son équipe en ces quelques mots:

Je remercie vivement les membres du Bureau exécutif ÉLITE qui grâce à eux, avions accompli tous ces défis et des Sections qui ont également contribué et validé ma vision.

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus