AfroPlanete
ACTUALITE

Tunisie – Projet ARISE: Campagne de sensibilisation sur la migration irrégulière chez les étudiants

Campagne de sensibilisation pour la migration, organisée par L’AESAT et L’OIM, sous le thème : LES ENJEUX MIGRATOIRES EN AFRIQUE, ÉTAT DES LIEUX ET IMPACT SOCIO-ÉCONOMIQUES.
À l’instar de plusieurs fléaux qui gangrènent la stabilité internationale sur le continent africain, la question migratoire demeure au cœur des débats. Ce fléau n’exclut pas les étudiants.

C’est dans cette lancée que s’inscrit la campagne Esshih où l’Association des Etudiants et Stagiaires Africains en Tunisie (AESAT), en collaboration avec l’Organisation Internationale pour la Migration, et AfroPlanete ont tenu à organiser une conférence débat dans les locaux de l’université ESAT, portant sur Les enjeux migratoires en Afrique, état des lieux et impact socio-économiques.

En effet, depuis les cinq dernières années, ce phénomène migratoire s’est répandu de façon indéniable tant chez les non-étudiants et les étudiants et pour la plupart diplômés. De ce fait, il a été question de discuter sur les causes, les conséquences et les perspectives d’avenir pour tenter de freiner d’une part ce problème maison mais aussi de faire comprendre à la jeunesse africaine, l’importance de de prendre conscience du potentiel énorme que regorge le continent africain.

Plusieurs éminentes personnalités étaient présentes autour de la table pour ecl éclairer la jeunesse africaine, notamment le Vice-Président de L’AESAT, M. ALI, le représentant de L’OIM M. Blamasi Touré, M. Ferdinand Moheno, ancien Président de L’AESAT et membre du Bureau International des Droits de l’enfant, M. Dany, et Madame Ben Amara Amen, Co-fondatrice du groupe ESAT university and life academy injustement Airwais, la nouvelle compagnie aérienne tunisienne.

Abonnez vous à notre Newsletter

Les origines, les conséquences et les enjeux de la migration selon Blamassi Touré.

Quand on parle de migration, beaucoup de personnes pensent que les étudiants n’en font pas partir, or que si.

« Quand on parle de migration, beaucoup de personnes pensent que les étudiants n’en font pas partir, or que si. » dixit Blamassi lors de l’ouverture de son allocution.

En effet, une minute de silence a été consacré à la mémoire des naufragés. De ce fait, Il y’a à peine trois semaines, la communauté camerounaise a appris le décès d’une jeune fille de 22 ans, dont les parents ne savait pas qu’elle avait décidé de prendre le bateau. Chaque année, c’est la même routine, actuellement nous sommes même dans la période propice la période où les rabatteurs vont de plus en plus augmenter le nombre de personnes qui vont partir, des personnes qui sont mises dans des bateaux de fortune sans gilets de sauvetage avec des capacités qui dépassent la charge maximale, par exemple un bateau de 30 personnes on va être surchargé avec plus de 60 ou 70 personnes, et malheureusement des bateaux qui n’arriveront jamais.

Chaque année, il faut appeler des familles et leur donner différentes nouvelles. Il est important de mentionner ici, que le travail n’est pas fait dans l’optique d’empêcher les migrants d’y aller, car les instruments juridiques internationaux garantissent la libre circulation des personnes, d’aller et de venir, de choisir librement son pays de résidence. Nous, OIM, disons aux migrants que vous avez le droit de partir, mais vous avez le devoir de choisir le mode de paiement de départ le plus sûr pour la sécurité de votre vie, car protéger votre vie est un devoir vis-à-vis de vos familles, vos amis et vos États. La migration a toujours fait partir de l’histoire de l’humanité, par migration nous entendons mouvement, aller et venir. Ainsi, le migrant c’est celui qui quitte son pays pour aller s’établir dans un territoire donné, soit à court, à moyen ou à long terme. La fin de la période glorieuse africaine, la traite négrière et l’arrivée des indépendances africains africaines, vont bouleverser la question migratoire, notamment à travers les coups d’état, les conflits internes et la pauvreté. Les déplacements des populations ne sont pas en reste.

Les causes des departs de l’intellect africain

Pour M. Marien Djembi, juriste de formation et de professions, le depart massive de ces étudiants africains est du à la non reconnaissance de leur valeur dans leur propre continent : « Lorsqu’on n’apprécie pas ou qu’on n’apprend pas à reconnaitre la compétence de ses frères et soeurs, c’est ce qui fait en sorte que ces derniers par la suite ou pour la plupart au regard des difficultés s’expatrient et vont developper d’autres nations que la leur  » a-t-il martelé . Il a continué en soutenant qu’un migrant n’a pas que des droits mais aussi des devoir qui sont de communiquer, de sensibiliser et aussi d’informer car la plupart de ces migrants prennent de mauvaises decisions souvent par manque d’information.

Si nous ne pennons pas rapidement conscience d’autres, continuerons de partir alors que le continent de demain c’est l’Afrique.

« Si nous ne pennons pas rapidement conscience d’autres continuerons de partir alors que le continent de demain c’est l’Afrique. Nous avons l’impression que le rêve est hors du continent alors que le rêve est ici. Sachons inventer et booster le rêve africains parce qu’il existe » a conclu M. Djembi .

Nous avons deux types de migration, la migration locale et la migration internationale, par exemple les migrations à l’intérieur du pays et les migrants sur le plan international.

Les étudiants ont le droit de migrer mais de manière légale .

Pour M. Chaniel membre du conseil consultatif de l’AESAT et coordonnateur et influenceurs du projet ARISE, tout étudiant a le droit de migrer mais de manière légale. « Si les étudiants veulent migrer, il ya des façons de le faire . En tant qu’étudiant il peuvent faire une demande de visa en bonne et du forme » a-t-il soutenu .

« Lors de cette conférence nous avons appris beaucoup de choses et nous avons aussi compris que nous sommes l’Afrique d’aujourd’hui et de demain et c’est à nous de nous prendre en main » a conclu un intervenant.

Chaque année, le continent dépense environ 4 milliards de dollars pour payer les experts étrangers qui offrent leurs compétences pour soulager l’hémorragie des cerveaux africains. 

ARTICLES connexes

Chargement....
AfroPlanete | La vitrine de l'Afrique
AfroPlanete site d'informations, d'actualités et tous évènements en Afrique et ailleurs dans le monde

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus