ACTUALITE

Évasion au Kenya : Kevin Kangethe, Accusé de Meurtre aux USA, Fuit sa Détention

Évasion au Kenya : Kevin Kangethe, Accusé de Meurtre aux USA, Fuit sa Détention

Un individu en attente d’extradition en vertu d’un mandat d’arrêt du Massachusetts, accusé du meurtre de sa petite amie dont le corps a été découvert dans une voiture à l’aéroport de Boston, a réussi à échapper à la détention policière au Kenya, selon les informations de la police jeudi.
Kevin Adam Kinyanjui Kangethe a fui le poste de police en sautant dans un minivan privé, a déclaré le chef de la police de Nairobi, Adamson Bungei. Des efforts immédiats ont été déployés pour le retrouver.

Selon un rapport de police consulté par l’Associated Press, quatre officiers de police de service au commissariat sont actuellement en garde à vue. Ces agents ont affirmé qu’un individu se présentant comme l’avocat de Kangethe, nommé John Maina Ndegwa, s’était présenté vers 16 heures le mercredi, exprimant le souhait de parler à son client. Les officiers ont accédé à sa demande, permettant au prisonnier d’être conduit dans un bureau, le laissant ensuite seul. En peu de temps, le détenu s’est enfui en courant, laissant l’avocat derrière lui. Ndegwa a été arrêté tandis que les officiers ont tenté en vain de rattraper Kangethe.

Le chef de la police de Nairobi, Adamson Bungei, a réagi avec précipitation à l’évasion, soulignant l’embarras que cela représente pour les autorités. “Nous avons placé en détention les officiers responsables du service au moment de l’évasion afin qu’ils expliquent comment cela a pu se produire. C’est tout simplement embarrassant pour nous“, a-t-il déclaré.

Agé de 40 ans, Kangethe avait été incarcéré en attendant une décision sur son extradition pour répondre à des accusations de meurtre au premier degré liées à la mort de Margaret Mbitu le 31 octobre 2023.
La police de l’État du Massachusetts avait précédemment déclaré que Kangethe avait abandonné le corps de la jeune femme dans une voiture à l’aéroport international de Logan, prenant ensuite un vol pour le Kenya. Après trois mois de fuite, il avait été arrêté dans une boîte de nuit le 30 janvier.

Selon un responsable de la police, Kangethe aurait renoncé à sa nationalité américaine. Si cela s’avère exact, il aurait pu être rapatrié sans procédure judiciaire. Le tribunal a approuvé une détention de 30 jours pour permettre l’examen de la question de l’extradition. Le 2 février, le procureur Vincent Monda a sollicité l’approbation du mandat d’arrêt américain contre Kangethe et a demandé des instructions pour la procédure d’extradition.

L’avocat de l’accusé a demandé des instructions sur la remise de Kangethe aux États-Unis, s’opposant à sa détention en arguant qu’elle violerait ses droits. Le premier magistrat Lucas Onyina devait rendre des ordonnances relatives à la caution le 9 février, après avoir examiné plus en détail l’affaire. La disparition de Margaret Mbitu, une aide-soignante à Halifax, avait été signalée par sa famille après sa dernière sortie de travail le 30 octobre. L’enquête a révélé qu’elle s’était rendue chez Kangethe à Lowell, où il résidait, avant de disparaître.

L’évasion de Kangethe a soulevé des soupçons de corruption au sein de la police kenyane, institution souvent critiquée pour son manque d’intégrité. Des allégations de pots-de-vin ayant permis sa fuite ont émergé, alimentant les suspicions. Ce cas rappelle d’autres incidents où des présumés criminels ont réussi à échapper à la police au Kenya, mettant en lumière les défis persistants liés à la corruption au sein de cette institution. Un exemple notoire est celui de Masten Wanjala, qui avait avoué le meurtre de dix enfants à Bungoma en octobre 2021. Il aurait également échappé aux cellules de la police à Nairobi dans des circonstances floues avant d’être retrouvé par la population locale et tué.

Shares:

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *