CINEMALIFESTYLE

Journées de Carthage : La Comédie Ivoirienne ‘220 Logements’ Enflamme la Scène

Journées de Carthage : La Comédie Ivoirienne '220 Logements' Enflamme la Scène

Les Journées Théâtrales de Carthage, le plus grand festival de théâtre d’Afrique du Nord, ont célébré leur 40e anniversaire avec éclat. La programmation exceptionnelle comprenait 64 spectacles en provenance de 28 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, offrant une décennie de festivités théâtrales captivantes pour les amateurs de la scène tunisienne.

Parmi les 10 spectacles en compétition, “220 Logements” a particulièrement retenu l’attention. Cette comédie musicale, empreinte de charme et d’humour ivoiriens, retrace avec finesse les années tumultueuses de la Côte d’Ivoire de 1990 à 2010. Malgré les craintes liées à la rapidité du débit et aux nuances culturelles ivoiriennes, la pièce a suscité une réception chaleureuse du public tunisien.

Assofi Eba, comédienne, partage son expérience : “On a eu un peu peur de notre débit parce que nous, les Ivoiriens, on a un débit un peu rapide. Et puis on s’est dit est-ce qu’ils vont comprendre parce qu’on a des petits moments où on parle le nouchi qui est une identité culturelle ivoirienne. Mais malgré ça, on a vu que le public tunisien comprenait exactement. Ils ont réagi là où il fallait réagir, ils se sont tus là où il fallait se taire.”

Écrite par Chantal Djédjé et mise en scène par Souleymane Sow, avec une chorégraphie d’Hermann Nikoko, “220 Logements” offre une fresque historique dévoilant les années tumultueuses de l’histoire politique, sociale et culturelle de la Côte d’Ivoire à travers les destins des habitants d’Adjamé, un quartier emblématique d’Abidjan.

Souleymane Sow, metteur en scène, explique l’importance du récit : “220 logements, l’un des premiers quartiers d’Abidjan qui étaient habités par les premiers fonctionnaires d’Abidjan. Donc, à partir d’eux, on se disait qu’il était important qu’on raconte l’histoire de la Côte d’Ivoire tout en montrant toute cette grandeur qu’ils avaient au départ et la déconstruction qu’ils ont eue au fur et à mesure que les années passèrent.”

La pièce explore les événements marquants tels que la mort du premier président Félix Houphouët Boigny, la montée du concept d’ivoirité, le premier coup d’État, les premières manifestations étudiantes et la naissance du zouglou, une danse née sur les campus.

Au-delà du drame politique, la musique accompagne ce bouillonnement social. Le troisième volet de la trilogie “220 Logements,” couvrant la période 2011-2020, est actuellement en préparation à la Fabrique Culturelle d’Abidjan, promettant une continuité artistique riche et immersive.

Shares:

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *