ACTUALITE

Réactions africaines : Les archevêques remettent en question l’approbation papale des bénédictions pour les couples homosexuels

Réactions africaines : Les archevêques remettent en question l'approbation papale des bénédictions pour les couples homosexuels

L’annonce de l’autorisation par le Pape de la bénédiction des couples homosexuels a provoqué diverses réactions, suscitant des tensions particulièrement marquées du côté de Brazzaville, du Togo et du Cameroun. En revanche, en Côte d’Ivoire, la réception semble moins catégorique lorsque l’on considère les réactions des fidèles.

L’archevêque de Brazzaville, Monseigneur Bienvenu Manamika Bafouakouahou, a réagi avec fermeté, affirmant que la fidélité à l’Évangile, le respect du patrimoine culturel et le bien de la famille humaine rendent impossible pour lui et les autres Archevêques et Évêques du Congo-Brazzaville d’autoriser la bénédiction des unions mentionnées dans la déclaration Fiducia Supplicans. Il souligne que la conformité à la Parole de Dieu n’est pas une option mais un devoir moral et une norme de vie quotidienne.

Il est souligné que la décision du Saint-Père ne signifie pas l’approbation de l’union, conformément à la déclaration du Vatican sur la signification pastorale des bénédictions du 18 décembre. Le Pape vise à changer la pratique sans altérer la doctrine, maintenant que le mariage demeure un sacrement dans l’enseignement de l’Église.

Les positions sont similaires au Malawi, au Togo et au Cameroun, où les évêques rappellent l’interdiction formelle de bénir les couples homosexuels. Les évêques du Malawi cherchent à éviter toute confusion parmi les fidèles.

À Abidjan, en Côte d’Ivoire, l’Archevêque Jean Pierre cardinal Kutwã conseille à la communauté des fidèles de “patienter”. Une lettre signée par le vicaire général demande à tous les prêtres et diacres de se conformer aux dispositions de l’Archevêque, sans opposer de fin de non-recevoir au Vatican.

Au Madagascar, le cardinal Fridolin Ambongo, président du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM), appelle les présidents des Conférences épiscopales à rédiger une déclaration synodale commune pour toute l’Église d’Afrique.
Cette tendance vers une position commune est soulignée comme une louable démarche dans le contexte actuel.

Shares:

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *