ECONOMIE

Tensions sur le Nil : Éthiopie et Égypte Mutuellement Responsables de l’Impasse dans les Négociations sur le Barrage

Tensions sur le Nil : Éthiopie et Égypte Mutuellement Responsables de l'Impasse dans les Négociations sur le Barrage

Une quatrième série de pourparlers, tenue du 17 au 19 décembre dans la capitale éthiopienne, sur les modalités d’exploitation du Grand barrage de la renaissance, s’est soldée par un échec, suscitant des tensions entre les parties opposées.

Le Grand barrage de la renaissance (Gerd), dont le coût avoisine les 3,5 milliards d’euros, est depuis le début de sa construction en 2011, au cœur de vives tensions régionales.
Les divergences persistantes sur l’approvisionnement en eau du barrage ont conduit les différentes parties à se blâmer mutuellement pour l’échec des récentes négociations.

L’Égypte et le Soudan, préoccupés par une possible réduction de leur approvisionnement en eau, ont à maintes reprises exhorté Addis-Abeba à suspendre le remplissage du barrage. Malgré ces appels, l’Éthiopie a poursuivi ses opérations de remplissage, la dernière étant intervenue juste avant le Nouvel An éthiopien le 10 septembre dernier. Selon les autorités éthiopiennes, le réservoir contient près de 49 milliards de mètres cubes d’eau sur les 74 milliards prévus, et les travaux, achevés à 95 %, devraient être finalisés d’ici la fin de l’année en cours.

Les négociations, entamées en 2015, n’ont jamais abouti à un accord malgré les efforts déployés par les trois pays concernés. L’Égypte invoque un droit historique sur les eaux du Nil, se référant à un accord de l’époque coloniale auquel l’Éthiopie n’était pas partie.

Le méga-barrage hydroélectrique, mesurant 1,8 kilomètre de long et 145 mètres de haut, est considéré comme essentiel par Addis-Abeba, car il est destiné à générer plus de 5 000 mégawatts à terme. Cette production d’électricité permettrait de doubler l’approvisionnement actuel de l’Éthiopie, auquel seulement la moitié des 120 millions d’habitants du pays a actuellement accès.

Shares:

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *